Activités

26 avril au 4 mai 2012 - Voyage à Eugénie-les-Bains

Cannot find activites/26-04-12 folder inside /home/icphp833/public_html/gastronomielibanaise.org/images/galleries/activites/26-04-12/ folder.
Admiror Gallery: 4.5.0
Server OS:Apache/2.2.24 (Unix) mod_hive/5.5 mod_ssl/2.2.24 OpenSSL/1.0.0-fips mod_auth_passthrough/2.1 mod_fastcgi/2.4.6 mod_bwlimited/1.4 mod_fcgid/2.3.6
Client OS:Unknown
PHP:5.4.45

Voyage de l'Académie libanaise de la Gastronomie à Eugénie-les-Bains

du 26 avril au 4 mai 2012

Plusieurs membres de l'Académie libanaise de la Gastronomie ont entrepris un voyage à Eugénie-les-Bains, lieu très connu pour ses soins aquatiques et son raffinement culinaire grâce à la présence aux fourneaux du grand chef Michel Guérard, trois fois étoilé chez Michelin.

Ce magicien a l'art de concocter des plats délicieux et de les présenter d'une façon géniale.  Chaque assiette était un pur tableau, contenant et contenu, étant le fruit d'une créativité inimitable ; la vaisselle, la qualité des ingrédients, la variété des sauces, ont fait l'émerveillement de nos gastronomes.  Le petit déjeuner, le déjeuner et le repas du soir ne totalisaient pas mille calories, tout en comprenant entrée, plat et dessert, ce qui fait que la plupart des participants ont pu perdre en l'espace de 8 jours entre 2 et 3 kg chacun.

Les soins, particulièrement relaxants, étaient prodigués par une équipe spécialisées dans un cadre calme et enchanteur.

Madeleine Helou, Myrna Boustany, Fouad el Khazen, Mona Chammas, Andrée Tayar, Monette Chaya, Pierre Chidiac, Leila et Gilbert Yared, Janine et Tony Maamari, Rita et Avedis Demirdjian, Arlette et Roland Hayeck, Ambara et Ali Dabbous, Leila et Walid Mouzannar, faisaient partie de ce très beau voyage et, cerise sur le gâteau, ils ont eu l'occasion de faire un tour du côté de San Sebastian et de Biarritz.

Le logo de l'ALG est le "jurn", aux couleurs du drapeau libanais.

C'est dans ce lourd mortier en pierre qu'autrefois se préparait la kebbé. La viande et le bourghoul étaient patiemment et longuement pilés et mélangés à l'aide d'un lourd pilon en bois, jusqu'à obtention d'une pâte tendre.

Au début du siècle, dans les maisons beyrouthines, celui-ci était placé au centre de la cuisine sur un carré de pierre "furné" de couleur jaunâtre, le dallage de la cuisine étant trop fragile pour supporter les coups.

Pendant que l'on tapait la viande, les enfants se faisaient une joie de se faire des petites tartines de "kebbé nayyé" (kebbé cru).