Activités

20 mai 2010 - Dîner mexicain à l'Hôtel Al Bustan

Jeudi 20 mai 2010

L’Ambassade du Mexique, en étroite collaboration avec l’Académie Libanaise de Gastronomie, a organisé un dîner mexicain, dans lequel était à l’œuvre la talentueuse Isabela Dorantes, chef mexicain du Club des Industriels, club privé des hommes d’affaires les plus importants du Mexique.

Ce dîner s'est tenu en présence des ambassadeurs d'Argentine, S.E. José Gutierrez, de Belgique S.E. Johan Verkamman, du Chili S.E. Pedro Barroz Urzuo, de Colombie S.E. Rida Mariette Aljuer Salamé, d'Espagner S.E. Juan Carlos Gafo et l'ambassadeur du Mexique S.E. Jorge Alvarez Fuentes.

Beaucoup plus subtile que simplement pimentée, la très variée gastronomie mexicaine doit ses incroyables saveurs à une histoire empreinte de rencontres, née d’un savoureux mariage de cultures, qui a eu pour conséquence l'avènement d'une cuisine aujourd'hui mondialement reconnue, au même titre que les cuisines de renommée internationale.

La cuisine mexicaine, à l’instar de la cuisine libanaise, est à la fois une cuisine du soleil et une cuisine du cœur. Ses couleurs évoquent les mille et un paysages ensoleillés du pays, et sa diversité reflète l’abondance et la générosité de l’hospitalité de son peuple, et nous rappellent que toutes les deux sont des cuisines sensuelles dans lesquelles le palais, mais aussi l'œil et le nez, se doivent d'être séduits. C’est cette importante caractéristique, entre autres, que Madame Lucia de la Barra, Secrétaire de la Académie Mexicaine de Gastronomie, essayera de mettre en relief à travers sa participation à ce dîner, dans le but d’établir des ponts entre les académies gastronomiques libanaise et mexicaine.

Toutefois, comme le dit le romancier et grand gastronome mexicain, Fernando Del Paso: "une certaine cuisine voyage dans le monde avec un faux passeport." Cette cuisine dont il parle, c'est la cuisine dite "tex-mex". Non pas que cette cuisine ne soit pas bonne ou moins noble que la véritable cuisine du Mexique, seulement, elle présente trop de divergences gustatives, même heureuses, pour être amalgamée à une gastronomie qui reste son inspiratrice.

D’où l’importance de ce dîner authentiquement mexicain qui fera toute la lumière sur une gastronomie colorée, épicée et nourrissante qui a su tirer parti, comme nulle autre association, d’une multitude de richesses culinaires exotiques.

L'ALG a remis durant ce diner les prix au laureats du Concours des Ecoles Hotelieres 2010, organise par Mme Anbara Dabbous, en presence des directeurs de leurs universites.

 

 

Le logo de l'ALG est le "jurn", aux couleurs du drapeau libanais.

C'est dans ce lourd mortier en pierre qu'autrefois se préparait la kebbé. La viande et le bourghoul étaient patiemment et longuement pilés et mélangés à l'aide d'un lourd pilon en bois, jusqu'à obtention d'une pâte tendre.

Au début du siècle, dans les maisons beyrouthines, celui-ci était placé au centre de la cuisine sur un carré de pierre "furné" de couleur jaunâtre, le dallage de la cuisine étant trop fragile pour supporter les coups.

Pendant que l'on tapait la viande, les enfants se faisaient une joie de se faire des petites tartines de "kebbé nayyé" (kebbé cru).