Traditions Libanaises

Le levain de l’Epiphanie ou Khamereet el ghtass khameeret el massih (du Christ)

Le mot épiphanie signifie « apparition » en grec. La tradition chrétienne commémore la présentation de l’enfant Jésus aux Rois Mages. Elle se fête le 6 janvier soit 12 jours après la naissance du christ.

Le soir de l’Epiphanie, l’une des plus importantes traditions populaires consiste à allumer des cierges aux fenêtres, aux balcons ou sur les toits. La croyance populaire voudrait que le Christ passe à minuit en disant « déyim déyim » soit «en permanence, en permanence» (sa présence, sa bénédiction). Il bénirait les maisons qui ont allumé leurs lumières pour l’accueillir.

La tradition la plus connue est celle de la préparation du levain. A base de farine complète et d’eau tiède, le levain servira aux foyers durant toute l’année. Le soir de l’Epiphanie, les femmes confectionnent cette pâte à pain durant la nuit du 6 janvier. Ce soir-là, les croyants sont persuadés que durant cette soirée, un esprit sacré plane dans les habitations ; esprit positif porté par les prières des croyants. Une fois la farine prête, le levain est déposé dans un sac en tissu et accroché à un arbre dans le jardin. D’après les croyances populaires, le Christ bénirait les pâtes et lors de son passage, les arbres s’inclineraient. Tous les arbres se prosterneraient devant le Christ… à l’exception du mûrier. C’est pour cette raison que les villageois pour punir l’orgueil du mûrier utilisent ses branches pour se chauffer lors de cette nuit sacrée. D’autres croyances incitent les villageois à éviter les figuiers car Judas se serait pendu à un figuier.

Le levain repose au sec une semaine environ dans la cuisine. Ensuite, un bout de celui-ci servira tout au long de l’année pour confectionner du pain généralement cuit au saj.

Dayim Dayim, qui signifie « Celui qui perdure »  est une expression libanaise employée pour se souhaiter Bonne Fête la veille et le jour de l’Epiphanie. Dayim désigne le Christ éternel, qui est sans fin, et l’on souhaite que sa grâce et sa bénédiction reçue le jour de l’Epiphanie perdure tous les jours de l’année.

 

 

 

 

Le logo de l'ALG est le "jurn", aux couleurs du drapeau libanais.

C'est dans ce lourd mortier en pierre qu'autrefois se préparait la kebbé. La viande et le bourghoul étaient patiemment et longuement pilés et mélangés à l'aide d'un lourd pilon en bois, jusqu'à obtention d'une pâte tendre.

Au début du siècle, dans les maisons beyrouthines, celui-ci était placé au centre de la cuisine sur un carré de pierre "furné" de couleur jaunâtre, le dallage de la cuisine étant trop fragile pour supporter les coups.

Pendant que l'on tapait la viande, les enfants se faisaient une joie de se faire des petites tartines de "kebbé nayyé" (kebbé cru).