Traditions Libanaises

Le levain de l’Epiphanie ou Khamereet el ghtass khameeret el massih (du Christ)

Le mot épiphanie signifie « apparition » en grec. La tradition chrétienne commémore la présentation de l’enfant Jésus aux Rois Mages. Elle se fête le 6 janvier soit 12 jours après la naissance du christ.

Le soir de l’Epiphanie, l’une des plus importantes traditions populaires consiste à allumer des cierges aux fenêtres, aux balcons ou sur les toits. La croyance populaire voudrait que le Christ passe à minuit en disant « déyim déyim » soit «en permanence, en permanence» (sa présence, sa bénédiction). Il bénirait les maisons qui ont allumé leurs lumières pour l’accueillir.

Lire la suite : Le levain de l’Epiphanie ou Khamereet el ghtass khameeret el massih (du Christ)

Les préparations culinaires lors des fêtes et célébrations libanaises

Au Liban, les différentes communautés religieuses cohabitent avec une harmonie toute relative. Parfois, les fêtes sont célébrées par plusieurs communautés et certaines préparations peuvent être identiques d’une communauté à l’autre. D’autres coutumes et traditions sont inter-communautaires.

Lire la suite : Les préparations culinaires lors des fêtes et célébrations libanaises

Le logo de l'ALG est le "jurn", aux couleurs du drapeau libanais.

C'est dans ce lourd mortier en pierre qu'autrefois se préparait la kebbé. La viande et le bourghoul étaient patiemment et longuement pilés et mélangés à l'aide d'un lourd pilon en bois, jusqu'à obtention d'une pâte tendre.

Au début du siècle, dans les maisons beyrouthines, celui-ci était placé au centre de la cuisine sur un carré de pierre "furné" de couleur jaunâtre, le dallage de la cuisine étant trop fragile pour supporter les coups.

Pendant que l'on tapait la viande, les enfants se faisaient une joie de se faire des petites tartines de "kebbé nayyé" (kebbé cru).