Actualités

ProWein 2014 : les producteurs libanais sortent le grand jeu

L'Orient le Jour du 24 mars 2014
Dalal MEDAWAR| OLJ/de DÜSSELDORF



ProWein 2014 : les producteurs libanais sortent le grand jeu

Le pavillon libanais a brillé au sein de l'un des plus grands Salons du vin au monde. Sessions œnologiques, dégustation et panel prestigieux d'experts internationaux : rien n'a été oublié pour charmer le client allemand et européen.


Seize producteurs de vin, rassemblés sous la bannière de l'Union vinicole du Liban (UVL), ont participé pour la seconde année au Salon international ProWein à Düsseldorf, en Allemagne.
L'un des plus grands Salons au monde pour la filière des vins et spiritueux, ProWein a été inauguré hier et prendra fin demain. Organisé depuis 1994 par le Messe Düsseldorf Group, il est prévu d'accueillir près de 5 000 exposants en provenance de 50 pays et plus de 45 000 visiteurs professionnels du monde entier.
Le choix de participer au Salon ProWein relève, selon le président de l'UVL, Zafer Chaoui, d'une volonté, d'une part, des producteurs libanais de faire partie des grands Salons internationaux, comme Vinexpo en France ou le London Wine Fair en Grande-Bretagne. « Ce qui nous permet d'affirmer notre présence sur les marchés étrangers », a-t-il expliqué.

D'autre part, a-t-il précisé lors d'un entretien avec L'Orient-Le Jour, l'Allemagne, spécifiquement, représente un marché très intéressant à plusieurs égards. « Le premier point est l'importance, en termes de taille, du Salon ProWein, qui attire chaque année des milliers de professionnels et donc de clients potentiels. En outre, l'Allemagne est un point d'attraction pour les participants en provenance des pays germanophones, scandinaves ou encore baltes, qui ne se rendent pas nécessairement dans d'autres Salons européens. Troisièmement, l'Allemagne est un grand importateur de vin. Enfin, sur le plan économique, le pays n'a pas connu de crise ; la consommation y est dynamique », a-t-il résumé.
Avec une population de plus de 82 millions d'habitants, l'Allemagne constitue l'un des marchés viticoles les plus importants au monde ; le pays est le quatrième marché mondial de consommation de vin derrière les États-Unis, l'Italie et la France, indique le portail spécialisé Wine Alley.

Des stars du secteur pour animer le pavillon libanais
De quoi susciter l'intérêt des producteurs libanais de vin, qui se sont massivement mobilisés pour participer à l'événement « avec le généreux soutien de l'Union des Chambres de commerce, d'industrie et d'agriculture. Une aide qui a permis de limiter significativement les coûts », a relevé M. Chaoui.
Mais, en bons Libanais, les seize participants ne se sont pas contentés, comme la majorité des stands voisins, de simplement proposer leurs produits... Le pavillon libanais proposera en effet jusqu'à demain une série de sessions œnologiques assorties de dégustations (« Master Class ») animées par les spécialistes à la renommée internationale Tim Atkin (Grande-Bretagne, Master of Wine), Joe Wadsack (Grande-Bretagne), Caro Maurer (Allemagne, Master of Wine) et le Libanais Michael Karam, auteur de Wines of Lebanon. Ces sessions viseront à mieux faire comprendre les vins libanais du public, faisant notamment le point sur les variétés, les terroirs ou encore le potentiel de maturation. Une initiative qui, dès la première session hier matin, drainait des dizaines de participants et de spectateurs...

Mais les producteurs libanais n'ont pas encore fini de faire le buzz en Allemagne. Le 5 mai prochain verra la tenue de la seconde édition de la Journée du vin libanais à Berlin, un événement ponctuel lancé l'an dernier à Paris sous l'impulsion, et avec le soutien, du ministère de l'Agriculture.

Les 16 producteurs libanais présents au Salon ProWein 2014
Adyar, Batroun Mountains, Château Ka, Château Héritage, Château Florentine, Château Kefraya, Château Ksara, Château Qanafar, Château St Thomas, Côteaux du Liban, Domaine de Baal, Domaine des Tourelles, Domaine de Wardy, IXSIR, Karam Winery, Oumsiyat.

Le logo de l'ALG est le "jurn", aux couleurs du drapeau libanais.

C'est dans ce lourd mortier en pierre qu'autrefois se préparait la kebbé. La viande et le bourghoul étaient patiemment et longuement pilés et mélangés à l'aide d'un lourd pilon en bois, jusqu'à obtention d'une pâte tendre.

Au début du siècle, dans les maisons beyrouthines, celui-ci était placé au centre de la cuisine sur un carré de pierre "furné" de couleur jaunâtre, le dallage de la cuisine étant trop fragile pour supporter les coups.

Pendant que l'on tapait la viande, les enfants se faisaient une joie de se faire des petites tartines de "kebbé nayyé" (kebbé cru).